AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas d'aller lire le Contexte. Des joueurs d'Arrancars sont activement recherchés. Merci de votre inscription et bon jeu. - Le Staff.

Partagez | 
 

 On the way to hell

Aller en bas 
AuteurMessage
Akina Kojima
Modo/Humaine
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 19/08/2008
Age : 24

Feuille de personnage
Niveau:
8/50  (8/50)
Lettre: C
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: On the way to hell   Mer 22 Oct - 23:55

Cela faisait bien longtemps que le Hueco Mundo n'avait pas acceuilli une humaine. La première fois de ça, tout ce petit monde en avait été boulversé. Aizen Sosûke, seigneur de Las Noches, avait decidé de faire capturer Inoue Orihime, une jeune humaine aux pouvoirs assez interessants. Bien sûr tous ses amis étaient imédiatemment partis à sa rescousse, et après de nombreux combats et une grande et longue bataille, ils avaient pu la ramener saine et sauve sur la planète Terre. La deuxième fois, Ichimaru Gin avait besoin d'une descendance, et avait kidnappé une jeune humaine des plus banales. Il eut un fils d'elle, et tua la mère juste après la naissance. Peu de gens en entendir parler. C'était il y a une douzaine d'années. A présent, Akina Kodoku, petite lycéenne perdue et ignorante du monde des esprits, venait d'être capturée par deux arrancars. Ces deux-là avaient sûrement réagi sur un coup de tête, prendre la jeune fille en otage était une chose bien plus qu'inutile. Enfin, c'était ce que la concernée pensait.

Elle avait bien compris qu'il y avait trois sortes d'espris. Il y avait ceux qui avaient une chaine accrochée à la poitrine, c'étaient les "fantômes" ou "âmes perdues", les faibles qui attendaient de rejoindre un monde meilleur pour eux. Il y avait les "sauveurs", Kin les avait appelé ainsi du fait que le jeune garçon et le vieil homme mystérieux qu'elle avait vu quelques minutes auparavant les avait sauvé, elle et la jeune âme. Et pour finir, il y avait ces esprits aux masques blancs. C'était eux que la petite Kodoku comprenait le moins, ils étaient tous différents ! Le premier qu'elle avait vu était un monstre difforme, d'à peu près deux ou trois fois sa taille, le visage entièrement recouvert d'un masque blanc. Le deuxième était gigantesque, tout noir et son masque recouvrait également tout son visage. Mais les autres ressemblaient plus à des humains qu'à des monstres ! Seuls les bouts de masque autour de leur tête et les trous noirs dans leur corps permettait de les différencier. Ainsi peut-être que cet étrange habis blanc. Et ils semblaient pourtant alliés aux autres monstres.

C'était le moyen qu'Akina avait trouvé pour échapper à cet enfer. Réflechir et trier, trier toutes ces choses inconnues sans queue ni tête dans son esprit. Mais bientôt elle revint à la réalité. Elle venait de traverser une sorte de long tunnel noir, essayant de trembler le moins possible malgrés le fait qu'elle aie toujours une lame sous la gorge. L'incomprehension l'envahit de nouveau, que pouvait-il se passer ici ? Pourquoi tout ça n'était pas juste un rêve comme elle aurait pu le croire ? Et surtout, qu'est-ce qu'il allait se passer à présent ?

Elle fut un peu soulagée de voir une lumière apparaître un peu plus loin, et leurs pas les menèrent rapidemment à cette sortie. La petite lycéenne maladroite faillit perdre l'équilibre en posant son pied dans du sable. Du sable ? Elle regarda autour d'elle, il n'y avait que ça, un grand désert de sable gris. Juste en face d'eux, il y avait un immense batiment blanc. Elle trembla un peu et ne bougea plus, après tout elle avait toujours cette épée sous le menton. Elle fixa le dos de l'autre "homme", celui aux cheveux argentés, qui était juste devant elle à contempler la forteresse. Il se retourna d'un seul coup et elle sursauta en voyant le sourire carnacier sur son visage.

_________________



Frozen

Spoiler:
 



Dernière édition par Akina Kodoku le Ven 9 Jan - 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usaginokamen.over-blog.net/
Jack Taylor
Arrancar
Arrancar
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/09/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
0/100  (0/100)
Lettre:
Expérience:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Sam 25 Oct - 17:23

La nuit éternelle plongeait une fois de plus le Hueco monde dans des ténèbres inquiétantes. En ces lieux maudits, ici ou jamais un rayon de soleil chaleureux n’est venu disperser l’obscurité, rien ne subsistait appart le désespoir. Une lune en croissant, brillant d’une aura jaune anormal, était le seul repère dans ces cieux en symbiose avec la terre qu’ils couvraient, inquiétante et maléfique, emprunt d’un noir opaque impénétrable. La désolation la plus complète s’offrait à la vue des âmes damnées, condamnées à vivre sous ces cieux peu cléments. Un désert stérile, ou rien ne poussait représenté la majorité de l’espace de ces terres. Pas une brise d’air agréable ne soufflait dans ce monde appart, pas même un murmure pour vous rassurer d’une présence vivante et intelligente. Pourtant parfois, le vent se levait, mais les éléments naturels de cet endroit ne connaissant pas de juste milieu, chacune de ses insurrections venteuses se manifestait par de vraies tempêtes démentes, ravageant le pays des morts, du moins l’engloutissant toujours plus sous le sable millénaire, car ici rien ne pouvait être détruit, car rien n’existait. Au milieu de ce chaos, une silhouette évoluait dans ce paysage post apocalyptique, un voyageur solitaire remarquable de loin avec sa tenue particulière qui contrastait fortement avec le décor ambiant. En effet, dans des ténèbres opaques, des vêtements d’un blanc argenté couvrant de la tête au pied l’individu étaient plus que remarquable. Pourtant cet élément qu’on ne peut rater, dévoile paradoxalement un grand mystère sur l’identité de cet homme. Aucune partie de son corps n’est exposée à l’air libre, même son visage et couvert d’un chapeau style cow-boys, qui surmontent un long col travaillé et orné d’un plus bel effet qui voile complètement sa face. En temps normal, lorsqu’il évoluait au sein de Las Noche, il laissait son visage à découvert, mais pas en dehors. L’air ambiant l’irritait sans cesse, insupportable puanteur alentour. Tel est l’une des raisons de son dédain pour ce monde.

Voila dix jours que cet homme marchait sans s’arrêter. Mais pouvait on vraiment qualifier cet être « d’Homme » ? Non, voila bien longtemps qu’il avait était déchu de son humanité par le sort cruel du destin. Il était maintenant une engeance que tous cherchaient à exterminer car ne possédant plus de cœur, le mal qu’il engendrait représenté une menace pour la paix précaire des mondes harmonieux. Mais l’alenkar comme le nommait ces chasseurs, ne l’entendait pas de cette oreille, il renversera le monde pour instaurer un nouvel ordre, un ordre ou il ne sera plus traité en paria, mais en Dieu ! La proie était devenue le chasseur et aujourd’hui encore, le rebelle à l’ordre établie parcourait le monde pour atteindre son futur idéal. Pourquoi avait il tant parcouru ces terres désolé ces derniers jours ? A vrai dire, il n’y avait guère de raison apparent, la simple envie de s’isoler un peu, de prendre du recul tout simplement. Aizen-sama avait expressément demandé d’éviter de sortir dans le monde des humains pour le moment, les hautes instances qu’il commandait, s’afférait à une stratégie digne de lui. Jack, en tant que Alenkar condamné à servir de par sa faiblesse passé, se contentait d’obéir à la moindre demande de son nouveau maitre, afin de faire pénitence en son fort intérieure. Le souvenir de la honte lorsqu’il fut vaincu par Sosuke, il l’entretenait en s’humiliant à le servir pour l’accomplissement de son rêve… Tel est la destiné du vaincu.

Perdu dans ses pensées confuses et douloureuses de son amer vécu, Jack interrompit la cadence de ses pas, pour lever ses yeux vers le ciel dépouillé, d’un vide sans fin et sans chaleur. A travers la faible ouverture entre son voile et son couvre-chef, son œil droit d’un bleu azure intense, se dégagea de l’ombre qui régnait sous sa cagoule et interdisait toute contemplation de son visage. Il soupira, un long râle qui semblait refléter une certaine souffrance physique. Ce qui était le cas, le simple fait de penser à son passé, ravivait la douleur de ses vielles cicatrices qui recouvraient chaque centimètres carré de son corps vêtu, excepté le visage, seul épargné de cette infâme massacre. Il murmura ensuite quelques mots à lui-même, qui se perdirent dans l’immensité désertique qui l’enfermait.

-« Je dois me changer les idées… Toujours repenser à cette humiliation ne changera pas le passé. »

Il parlait d’une voix calme et posé, détendue comme son corps inerte se laissant bercer par la brise étouffé. Et soudainement, sans prémices avertisseurs, Jack sera les poings subitement, sous sa cagoule, les traits de son visage se renfrognèrent, tel un loup enragé. Eprit d’une sourde rage, il frappa le sol avec force, l’impact fit trembler le fondement même de la terre, le sol se fissura à même le sable tant le choc fut dévastateur. Le souffle court, Taylor haletait, cherchant son souffle pour maitriser sa colère montante. Son unique œil visible fut déformé, ses pupilles se dilatèrent et devinrent instables. Pour relâcher un peu de cette pression, il hurla à la lune, des mots d’une haine sans bornes et sans limites.

-«Bordel !!!! Pourquoi n’ai-je pas eu la force de supporter mes ambitions ??! Devrai-je tout ma vie courbé l’échine pour atteindre mon rêve ?! Aizeeeeen !!!! »

La tercera s’haïssait plus lui-même que toute autre personne. Il se détestait de devoir vivre avec tant de honte. Obéir à son bourreau… Quelle décadence ! Et cette folie passagères se dissipa déjà, l’alenkar reprit la maintient de ses émotions quelques seconde plus tard, son souffle se stabilisa et il chasse la colère qui lui dévorait l’esprit. Un tel changement d’attitude montrait à quel point Jack était lunatique et instable, une combinaison dangereuse à n’en pas douter. Une fois calme et compatissant, une fois enragée et cruel, il pouvait passer de ces deux extrêmes en un instant. Comme si rien ne s’était passé, il dépoussiéra ses gants couverts de sable et reprit sa marche en silence. Un kilomètre plus loin, quelque chose attira l’attention de l’espada d’élite. Il ressentait au loin, deux pressions spirituel assez faible, des alenkars de bas étages certainement, mais ce qui le marqua, ce fut cette troisième présence, si faible, si discrète et pourtant si étrange, comme si elle n’avait rien à faire en ces lieux. Poussait par la curiosité d’une tel présence et surtout désireux de se changer les idées, Taylor fondit en sonido vers la source. Une telle rapidité et une telle précision, les déplacements ultras rapides de Jack avaient atteint la perfection de cet art. Peu de personne pouvait le suivre des yeux et à plus forte raison, l’égaler en vitesse. Une distance de plusieurs dizaine de kilomètres le séparait de sa destination et pourtant, il ne lui fallut qu’à peine une minute pour atteindre son but, après avoir vu défilé le paysage chaotique à une vitesse ahurissante.

Deux alenkars trainaient le corps d’une fillette sans ménagement, la menaçant de leurs sabres. Le tercera fit irruption à dix pieds devant le petit groupe, tel une apparition sorti de nulle part. Vu l’expression de surprise qui s’accrocha sur le visage de ces deux subalternes de Las Noche, il n’avait pas su anticiper sa venue tant elle avait été fulgurante. L’espada posa ses yeux camouflaient dans l’ombre de ses étoffes, sur la petit humaine. Elle était si frêle, qu’on avait l’impression qu’elle pouvait se rompre à tout moment. Des cheveux rose et des yeux mauves donnaient de la couleur à son visage pale et fatigué. Ce n’était qu’une gamine apparemment…Taylor s’interrogea sur le pourquoi de sa curiosité, car à présent arrivé jusqu’ici, il n’avait déjà plus aucun intérêt à rester ici. Il fit donc volte face, tournant simplement le dos à ces trois âmes perdues. Pourtant, il ne fit pas un pas que déjà la situation se dégrada. Les deux ignorants de sa caste s’agitèrent, apparemment ils ne savaient pas à qui ils avaient à faire. Ce n’était guère surprenant, Jack était un nouveau dans l’espada et il se montrait que très rarement en public. Seul ceux de l’espada savaient qui il était et surtout la puissance dont il était propriétaire, malgré sa venue toute récente a sein de l’espada. Le titre de numéro 3 de s’obtenait pas par hasard après tout. L’un des deux ravisseurs s’avança vers lui, pointant son sabre dans la direction de l’espada inconnu. S’adressant à lui sur un timbre belliqueux, il exprima très clairement ses intentions.

-« Hey !! Tu débarques de nulle part puis tu nous ignores ?! Pour qui te prends-tu, minable ? Tu penses qu’on va te laisser partir comme ça ? Tu feras un excellent gouter pour nous ! Héhéhé !! »

Taylor ne prit même pas la peine de réponde à cette vaine provocation, il se contenta de continuer marcher sans se retourner. Pour le moment, il était d’humeur calme et neutre, et heureusement pour ces idiots, sinon ils seraient déjà entrain de baigner dans leur propre sang. S’ils savaient ce qui était bon pour eux, ils auraient cessé leur cinéma… Malheureusement leur incapacité à sonder la force de leur adversaire aveugla leur jugement et ils persistèrent dans leur erreur.

-« Tu te moque de nous ? Hey !!! Ne nous ignore bas, enfoiré ! »

Comme toute réponse, Taylor haussa les épaules et lâcha un soupir d’ennuie. C’est ce qui alluma le feu au poudre, les deux alenkars de bas niveaux s’insurgèrent d’être tant pris à la rigolade. La voix du premier alenkar, celui qui semblait etre le chef, s’éleva pur finir en hurlement hystérique.

-« Je vais te faire la peau !!! »

Le pauvre fou se jeta sur l’espada, son visage déformait par la rage. Sabre le premier, il plongea la lame de son arme dans le dos de Jack. L’attaque fit mouche, mais pas comme l’adversaire l’avait imaginé. La tercera n’avait même pas prit la peine d’esquiver ou de bouger, cela était complètement inutiles. En effet, la pointe de l’arme de l’assaillant ne s’était pas enfoncée dans la chair, ne laissant aucune trace sur Jack, comme s’il s’agissait d’une piqure de moustique, la différence de niveau entre eux était tel, que le petit numéro ne pouvait l’atteindre même si la Tercera se laissé faire. Le faible numéros tituba en arrière, tétanisait par la lamentable prestation de son attaque. La bouche grande ouverte et les yeux exorbitaient, il ne parvenait pas croire ce qu’il s’était passé. Des gouttes de sueur perlèrent sur son front et des tremblements incontrôlables s’éprirent de lui. Lentement, l’espada se retourna vers l’imbécile prétentieux qui venait de signer son arrêt de mort. Masqué et drapé de la tète aux pieds, le visage cachait de Jack demeura inexpressif tant tout cela l’ennuyait. Sans dire un mot, il attrapa avec rapidité le crane du suicidaire d’une seule main. Il éleva sa pression spirituelle à un haut niveau, écrasant toute chose vivante alentour, sous une compression insoutenable. Il fit une petite démonstration de sa force rien qu’avec la présence de son aura. Les deux alenkars tremblèrent sous cette force insondable et terrifiante, de la bave commençait à se répandre, et leurs pupilles se dilatèrent dans une obscure contemplation comme si ils allaient perdre la vue à tout instant. Taylor ne se préoccupa pas de l’humaine, elle aussi devait atrocement souffrir face à cette pression qui écrasait totalement deux alenkars de bas étage, mais cela n’était pas son problème, loin de la. L’espada ne daigna même pas lui accordait un regard…

-« Je pense que vous avez comprit votre erreur. Les faibles n’ont pas droit de vivre quand ils sont si stupides. Adieu. »

A ces mots, il écrasa d’une main le crane du malheureux qu’il tenait, un craquement sinistre se répercuta en échos dans la vallée, soutenu par les ultimes cris de douleur de la victime. Le complice parvient à se relever, pour fuir le plus loin possible. En réalité Jack avait dissipé sa pression spirituel, l’atmosphère était redevenue normal dans la seconde ou il avait interrompu le flot de son énergie. Pourquoi avait il fait ça ? Laisser une chance à ce déchet de s’enfuir ? Tout simplement pour le faire espérer et arracher cet espoir en morceau ensuite. Taylor tendît un doigt vers le fuyard qui avait déjà prit pas mal d’avance et sans aucune pitié, il murmura le nom d’une des attaques les plus redouté chez les hollows.

-« Cero »

Bien qu’il avait mit le moins d’énergie possible dans ce coup, le simple trait de lumière bleu qui jaillit de son index fut des plus dévastateur. Le coup atteignit la tète du condamné et celle-ci éclata littéralement. Au loin, une fontaine de sang naquit puis mourut trois seconde plus tard, quand le corps inerte s’écroula au sol. A présent il se retourne vers la fillette, sous son voile, ses traits dur de son visage demeurèrent neutre, mais rien n’était visible pour son interlocutrice, même pas le couleur de ses yeux, qui sait quel monstre pouvait se cacher dans ces apparats, face à elle… Jack s’avança vers elle, d’une démarche sur, sans dire un mot, de toute sa hauteur, la dominant totalement. Il se demandait qu’est qu’il allait bien pouvoir faire de ce petit être si faible…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina Kojima
Modo/Humaine
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 19/08/2008
Age : 24

Feuille de personnage
Niveau:
8/50  (8/50)
Lettre: C
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Jeu 6 Nov - 23:28

Akina commencait à s'épuiser. Depuis combien de temps déjà marchaient-ils dans ce désert, qui ne semblait jamais finir ? Si ça n'avait été que ça, ç'aurait encore allé, mais une lame pointée en permanence sous la gorge, la jeune fille était terrifiée. Les deux arrancars souriaient à cette peur, comme des crocodiles ayant repéré un petit mouton prit dans leur piège. Ils commencèrent à discuter d'un air moqueur de ce qu'ils allaient bien pouvoir faire d'elle. La concernée tremblait de plus en plus, chacun de leur mot l'effrayait de plus en plus. Ils la poussaient dans le dos pour l'obliger à continuer à avancer, toujours l'épée sous la gorge. Ils lui lancaient même des menaces sur ce qu'ils pourraient lui faire subir si elle ne marchait pas. La jeune fille commencait à se demander ce qui la retenait encore à la vie, elle était perdue et ne comprenait plus rien, elle était simplement terrifiée par des êtres dont elle n'avait jamais supposé l'existence, dans un monde qui n'était pas le sien. Il y avait donc d'autres mondes, et d'autres êtres que les humains. Elle connaissait déjà les monstres étranges comme le premier qui l'avait attaqué quelques heures plus tôt, mais ceux-là n'étaient pas les mêmes... Ils étaient comme mi-monstre mi-humain... Et ce jeune garçon qui l'avait sauvé ? Qui était-il ? Est-ce qu'il allait bien ? Kin esperait qu'il n'était pas mort, il ne merittait pas de mourir après tout ce qu'il avait fait pour la protéger.

Perdue dans ses sombres pensées, la jeune fille ne releva la tête qu'en sentant une nouvelle présence, très différente des deux autres. Les premières étaient sadiques et vicieuses, leur puissance n'était pas du tout controlée et échappait de toute part. Mais cette puissance là était froide et parfaitement mesurée, et bien plus forte. Ses yeux se posèrent lentement sur la haute silhouette qui dominait leur petit groupe. On n'aperçevait pas son visage, ses vêtements et son chapeau recouvraient et cachaient tout son corps. On ne pouvait même pas aperçevoir l'éclat d'un regard sous l'ombre de ce chapeau. Les arrancars commencèrent à le provoquer, mais il les ignora completement et fit demi-tour. Celui qui tenait Akina la lacha pour se diriger vers lui, pointant son sabre dans la direction de l'inconnu. La jeune fille n'osait pourtant toujours pas bouger, comme emprisonée par les sentiments que deversaient le nouveau venu. Rien que de la froideur et de l'indifférence, mais aussi une sorte de majesté des plus surprenantes.


- Je vais te faire la peau !!!

Elle sursauta en sentant toute la haine de cet arrancar lorsqu'il passa à ses côtés pour se jeter sur le nouveau venu. Autant de violence pour de la simple indifférence, elle eut peur un instant pour l'homme qui se faisait attaqué. Mais elle se rendit bien vite compte qu'il n'y avait rien à craindre. Ou plutôt si, mais pas pour cet homme. L'arrancar avait raté son attaque. A première vue ça semblait impossible, comment avait-il pu manquer un coup aussi simple ? Encore un mystère incompris par la jeune fille, mais elle changea d'expression alors qu'elle sentit un nouveau sentiment faire son apparition. Son empathie lui était, bien que parfois voir souvent utile, parfois des plus désagréables, et ici elle ne faisait qu'empirer sa terreur. Son visage se figea lorsqu'elle ressentit toute l'indifférence que dégageait l'homme en face d'eux. Mais elle ne se doutait pas de ce qui allait arriver après, jusqu'à ce que Jack Taylor relache son énergie spirituelle sur le petit groupe. Elle fut soudain terassée par une force surgie de nulle part, d'une puissance inimaginable. Sous le choc, elle tomba à genoux en poussant un petit glapissement, ses pupilles se retractèrent. L'air était lourd et elle avait de plus en plus de mal à respirer, cette énergie lui faisait mal, beaucoup trop mal. La petite Kodoku se replia sur elle même, posant sa tête sur ses genoux et se retenant de crier et de pleurer. Elle luttait autant qu'elle pouvait contre cette force, serrant les paupières et tremblant de tous ses membres.

- Je pense que vous avez comprit votre erreur. Les faibles n’ont pas droit de vivre quand ils sont si stupides. Adieu.

Il y eut un craquement sec et de grands cris de douleurs. A ce son affreux, la petite humaine gémit faiblement. Quel était ce cauchemar ? Que se passait-il ? Depuis qu'elle avait rencontré l'âme perdue elle ne comprenait plus rien. Il fallait que tout cesse, elle n'en pouvait plus. Elle sentit soudain la pression disparaitre, et à moitié inconsciente, elle se laissa tomber par terre. Elle était allongée sur le côté dans le sable, les yeux toujours fermés et son corps toujours parcouru de tremblements. Elle prenait de grandes inspirations, profitant de cet air frais qui s'offrait de nouveau à elle. Elle entendit à peine le deuxième arrancar se relever et s'enfuir, à peine le sort prononcé par Jack, à peine la mort de son enleveur. Elle était là, sans pour autant être présente, à moitié morte sous la douleur qu'elle venait de subir. Elle était aussi épuisée de tous les efforts qu'elle avait fait pour survivre jusqu'à présent, et commencait à douter de la necessité de cet entêtement. En plus, elle ne comprenait rien de ce qui lui arriver, absolument rien, elle débarquait dans un monde nouveau et inconnu qui la détruisait peu à peu sous forme de cauchemar.

Akina essaya encore cependant de faire un dernier effort pour regagner sa conscience. Peut-être était-ce cela qui la motivait. Elle voulait comprendre, au moins le minimum, juste comprendre et arrêter de souffrir comme ça. Même non, en fait tout n'avait pas d'importance, pourquoi était-elle encore en vie ? Elle ouvrit doucement les paupières en entendant des pas s'approcher, des paupières lourdes à présent soulignés par des cernes. La couleur mauve de ses yeux éclaira un petit peu son visage pâle, tandis qu'elle levait le regard vers cet homme puissant et indifférent. Elle ne pouvait pas le voir, il était tout encapuchoné et voilé, pas même discerné l'éclat de son regard. Il la surpassait de par sa puissance, mais aussi à présent par sa taille. Les questions se bousculaient dans sa tête sans franchir ses lèbres, et elle se résigna au silence. Utilisant ses dernières forces, la gamine tenta de se relever, mais réussi à peine à se mettre à genoux qu'elle était déjà halletante. Lentement et toujours tremblante, elle se releva peu à peu, mais finit par retomber au sol. Cette impuissance lui était insupportable, elle était à bout de souffle et n'avait presque plus de force, juste assez pour rester éveillée, mais elle n'était plus qu'à moitié consciente.



[désolée mon rp n'est pas aussi beau que le tien ! j'espère que tu aimeras quand même ^0^]

_________________



Frozen

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usaginokamen.over-blog.net/
Jack Taylor
Arrancar
Arrancar
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/09/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
0/100  (0/100)
Lettre:
Expérience:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Ven 7 Nov - 5:20

La vie tenait à si peu de chose… Les humains sont si faibles, si ignorant et étroit d’esprit. Jack, depuis longtemps, avait transcendé son humanité pour s’élever par-dessus. Mais pourtant, sa condition de conscience omniscience, cette faculté de compréhension de la face cachée du monde, des rouages du cycle de la vie, il ne l’enviait à personne. On se complait si facilement dans l’ignorance, préoccupé uniquement par sa petite vie sans se douter un seul instant de l’infimité de notre existence. Pourtant parallèlement, bien qu’il louait du fond de son âme cette vie si paisible qu’on le commun des mortelles, il vouait un certain ressentiment envers eux. Etait-ce de la jalousie ? Non, c’était qu’elle que chose de bien plus sombre : la colère ! Lui avait depuis longtemps été déchus de ses droits d’être humain, alors pourquoi le reste du monde pouvait il encore prétendre à une vie harmonieuse ? Eux qui n’avaient jamais connu la douleur d’être chassé et honnit. Posant son regard sur ce petit corps qui parvenait à peine à se mouvoir suite aux chocs qu’il avait subit, sans compter la débâcle psychologique de la gamine du aux événements récents qu’elle avait vécu, il ne pu réprimer l’agacement d’être en présence d’une humaine qui comprenait si peu de chose à la dur réalité de la vie. Comment pouvait il savoir que cette fillette était une parfaite ignorante de la vrai nature du monde ? L’instinct ? Appelez cela ainsi, mais en réalité, cette certitude reposait sur quelque chose de bien plus fiable : son expérience ! Ce regard perdu et agars, ces pupilles ternes qui reflétaient le monde alentour dans une obscure incompréhension, des yeux qui s’ouvrait pour la toute première fois pour contempler la face cachée de l’univers, ces mêmes yeux qui lui faisait face actuellement. Un pas après l’autre, il se rapprocha de l’âme perdue, agonissant dans ces plaines désertiques.

Que faire d’elle ? La tuer ? Abréger ses souffrances serait certainement la meilleure chose à faire pour elle. Vivre à présent, avec cette réalité immonde, était réellement insupportable. Longtemps Jack avait souhaité en finir avec tout ça, disparaître pour ne plus jamais souffrir. Mais les années passant, sa haine grandit, et ces grâce à ce sentiment détestable qu’il continua à avancer pour faire payer à ses chasseurs ses années d’amer solitude. Sa vengeance était la seule chose qui le maintenait en vie. Mais pouvait-on encore qualifier son existence de « vie » ? Les humains vivent pleinement car ils savent qu’un jour elle prendra fin, mais que restait il à quelqu’un comme Jack dont la vie ne pouvait plus lui être arraché par le temps ? Rien, le néant de son cœur en était le reflet. Il était toujours hésitant sur la manière d’agir avec cette gamine, la tuer ou bien attendre que son âme dépérisse à petit feu en découvrant petit à petit l’effroi du monde des bannis ? La deuxième option était la voie la plus difficile, on en ressortait changé à tout jamais, si du moins on parvenait à garder cette minuscule lueur de volonté de vivre. Ainsi il posa un genou au sol, en déca du visage fatigué de la fillette et lentement il tendit sa main vers le corps inerte. De cette façon, ou pouvait croire que l’espada tendait une main secourable à la petite victime, mais la réalité fut tout autre, sans pour autant en être l’exact opposé. Le plus soigneusement possible, il posa sa main sur les cheveux couleur rose de l’humaine, cette main glacée qui transmet sans peine cette absence total ce chaleur réconfortante niché dans son corps, chaleur qui n’était plus dans les actions de l’arrancar depuis bien des lunes. Et sans management, il agrippa la tignasse qui s’offrait à lui, l’étreignant d’une solide prise pour soulever le visage inerte de la gamine. Il inclina la petite tète tremblante et malade de façon à ce que les yeux ternit par la douleur, soient aspiré par le néant qui subsistait dans l’ouverture entre son col et son chapeau. La noirceur dévorant qui le dépouillait de toute appartenance au genre humain, effrayant, insondable et mystérieuse. Durant deux bonnes minutes, il demeura ainsi, sans bouger et agir, se contentant de laisser parler la brise sèche et froide qui témoignait de la perdition de ces terres. En accompagnement à cette mélodie hideuse, Taylor desservit le son de sa propre respiration, lente et régulière, à son « invitée ». Et soudainement, il brisa le lourd silence dominant, d’une voie calme et toujours marqué par cette neutralité dérangeante.

-« Veux-tu en finir avec cette douleur qui te ronge le cœur ? Mourir avant que tu ne perdes à tout jamais ton innocence et que toute ta joie se dissipe pour manquer à ton être tel la pluie dissociée à tout jamais du soleil ? »

Ces mots étaient proprement dérangeants, car malgré les apparences et les actes monstrueux de Jack, de telles paroles démontraient sans conteste, qu’une conscience l’habitait. Clairement, il fut décelable que derrière cette proposition de mise à mort, l’expression de sa compassion s’y jouait. Taylor, en ce moment, laissait sa nature posé et réfléchie prendre les devants… Il poursuivit sur la lancé, s’exprimant de cette même voie morne mais pourtant un léger soupçon de tristesse étouffait y était camouflait… L’expérience de sa propre existence.

-« Ou souhaites-tu t’accrocher à la vie ? Errer dans ce monde hostile jusqu’au moment ou toute volonté de vivre t’abandonne, subissant une longue agonie dicté par ton esprit emplie de terreur lorsqu’il s’éveillera sur la vraie nature et la corruption de ce monde ? »

L’entendre ainsi énoncer les choix qui s’offraient à la gamine, une vue subjectif en conclurait que Jack faisait preuve d’un certain sadisme, mais loin de la furent ses intentions. Indirectement, il conseilla à l’humaine de choisir la première option qui serait un véritable soulagement pour elle. Etait-ce du à cette compassion soudaine qui le gagna qu’un de ses yeux dissipa les ténèbres le recouvrant ? Symboliquement, démontrant que lui aussi avait des origines humaines, il dévoila un unique œil bleue azure devant lequel quelques mèches brunes s’y détachaient pour obstruer une partie infime du bleu profond qu’il présentait. Une tristesse amer s’y lissait, dans ce regard légèrement ternis par les épreuves endurées, à travers lequel d’innombrable morts et souffrances horribles, s’y était joué… Des yeux dépouillés à tout jamais de la chaleur enivrante d’un bonheur sincère…


Spoiler:
 

[T'inquiète pas, je l'ai trouvé trés bien ton RP Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina Kojima
Modo/Humaine
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 19/08/2008
Age : 24

Feuille de personnage
Niveau:
8/50  (8/50)
Lettre: C
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Ven 7 Nov - 21:41

Tremblant sur le sable froid, Akina se remémorait peu à peu les derniers événements. Peut-être y cherchait-elle une réponse quelconque à ses questions, mais elle avait du mal à réfléchir. La douleur causée par la pression spirituelle de Taylor était toujours présente, comme une brûlure, sourde, à la fois partie mais d’une certaine manière toujours là. Elle décida finalement d’abandonner ses pensées, levant son regard vers la seule autre personne encore vivante ici. Elle avait du mal à respirer, surtout depuis qu’ils s’était rapproché. Elle ressentait encore son reiatsu, pourtant bien caché, l’homme était assez expérimenté pour ne pas en laisser échapper dans tous les sens. C’était sûrement dû à son empathie. Cette empathie lui était de plus en plus insupportable, il ne lui servait à rien de connaître les émotions et sentiments des autres dans une situation pareille. Pourtant une hésitation de la part de l’homme attira son attention.

Il s’agenouilla alors à ses côtés, et tendit la main vers elle. Toute personne extérieure aurait pu croire en une main secourable, mais la petite Kodoku savait bien qu’il n’en était rien. Plus la main approchait plus sa peur grandissait. Cette main n’avait rien de bienveillante pour elle. Lorsqu’il la posa sur son front, ses doigts gelés la firent frissonner. Pourtant cette impression était bien peu par rapport au chamboulement qui se fit alors dans le fort intérieur de la jeune fille. A l’instant même où la peau de Jack était entrée en contact avec elle, un flot de sentiments et d’émotions s’était déversé en elle. Des impressions qui lui étaient étrangères, et qui la torturaient bien plus qu’on aurait pu le penser. En effet toutes étaient cachées, comme par une muraille qui repoussait les propres sentiments d’Akina, à l’intérieur d’elle-même. Elle se sentit rapidement envahie, et impuissante elle ne pu que fermer les yeux et se concentrer pour repousser tout ce fouillis en elle. Mais alors qu’elle faisait tous ses efforts, elle sentit les doigts se refermer autour de ses cheveux, et sa tête fut brutalement soulevée du sol. Elle ne put retenir un gémissement et rouvrit les yeux brusquement. Ce qu’elle vit l’effraya de nouveau. Elle n’arrivait pas à croire qu’elle pouvait encore plus être effrayée qu’elle l’était déjà, mais la triste vérité s’offrait à elle. La gamine ne voyait rien que du noir, comme le néant, le vide, entre le chapeau et le manteau de Jack. Rien, pas une lueur d’un regard ou quoi que ce soit d’autre. Depuis qu’elle était toute petite elle avait peur du noir, depuis ce fameux jour où la seule et unique personne de sa famille s’était retrouvée assassinée par un hollande ce monstre dont elle ignorait alors l’existence. Cette nuit d’orage qui avait été jusqu’à présent le pire cauchemar de sa vie, et qui à présent venait s’ajouter à celui qu’elle vivait. Pendant les quelques minutes passée ainsi, qui lui parurent pourtant une éternité, elle revit des images de ce soir, revécut son horreur et désespoir. Kodoku tremblait et s’empêchait tant bien que mal de pleurer. Elle ne pouvait pas verser de larmes, pas maintenant. Ses yeux ne furent que légèrement humides même s’ils reflétaient bien la terreur qu’elle venait de passer.


- Veux-tu en finir avec cette douleur qui te ronge le cœur ? Mourir avant que tu ne perdes à tout jamais ton innocence et que toute ta joie se dissipe pour manquer à ton être tel la pluie dissociée à tout jamais du soleil ?

Joie ? Ce mot n’avait plus de signification pour elle à cet instant… Joie… C’était du bonheur, quelque chose d’heureux. Avait-elle auparavant vécu quelque chose de semblable ? A l’instant il était difficile pour elle de s’en rappeler, et ses yeux semblèrent s’assombrirent un moment. Mais elle se rappela de moments au lycée, avec des élèves de sa classe, qui la traitaient alors comme une égale, ces moments d’amusement qu’elle avait adoré passer en leur compagnie. Pourtant elle n’avait aucun réel ami. Sa seule famille avait disparu depuis bien longtemps, elle ne faisait qu’errer sur Terre comme un fantôme, visible que par ceux qui avaient besoin d’elle, ou par les plus gentils qui lui laissaient généreusement une petite place dans leur cœur. Mais tout cela semblait si lointain… Depuis combien de temps n’avait-elle plus rit ? Plus sourit ? Cela même elle ne pouvait s’en rappeler. Pourtant peut-être si elle y pensait un peu plus…

- Ou souhaites-tu t’accrocher à la vie ? Errer dans ce monde hostile jusqu’au moment ou toute volonté de vivre t’abandonne, subissant une longue agonie dicté par ton esprit emplie de terreur lorsqu’il s’éveillera sur la vraie nature et la corruption de ce monde ?


Le regard d’Akina se posa sur le vide entre le chapeau et le manteau de Taylor. Ce qu’elle venait de ressentir… Ce n’était d’autre que de la tristesse, un des sentiments les plus facilement reconnaissables de tous. Cet homme lui parlait… d’un air triste ? Que cachait-il donc ? Pourtant elle ne s’attarda pas dessus, chacun avait ses propres secrets, elle-même n’aurait pas aimé que quelqu’un découvre son passé. Le choix qui s’offrait à elle aurait pu paraître infernal. Mourir ou mourir ? C’était un plutôt bon résumé. Pourtant la jeune fille ne l’entendait pas de cette oreille. Bien qu’elle soit épuisée, elle avait réussi à conserver sa capacité à réfléchir, même si elle le faisait au prix de grands efforts, elle était toujours consciente. Ses yeux furent comme vides un instant. Lorsqu’elle les releva, elle vit un œil de Jack. Celui-ci venait de le dévoiler à elle, ainsi que quelques mèches brunes. Ce regard… si triste. Plus triste que le sien ne l’avait été autrefois, bien plus triste. Pourtant cette tristesse calme et posée ne demandait pas à la plaindre. Elle avait toujours le côté noble qu’avait remarqué la gamine chez l’homme en face d’elle. Elle inspira une grande bouffée d’air en fermant les paupières. Quand elle les rouvrit, ses yeux avaient toujours la même lueur triste et apeurée, mais une nouvelle détermination y était également apparue. Bien que faible, il n’empêchait pas qu’elle était là, et elle resterai là tant qu’elle pourrait y avoir sa place. Alors qu'elle était desespérée quelques secondes plus tôt, elle semblait avoir retrouver espoir. Elle parla d’une voix claire d’une certaine manière sûre d’elle.

- Errer… Je ne pense pas avoir fait autre chose de ma vie jusqu’à présent… Je suis peut-être faible, mais pas encore résignée à mourir. Il me reste un but, et même s’il peu paraître peu important, tant qu’il me reste quelque chose je ne mourrai pas. Sauf si je n’ai pas le choix.

Elle tourna une nouvelle fois son regard vers cet homme froid à ses côtés. Qu’allait-il faire ? Tourner de nouveau le dos et partir une bonne fois pour toute ? La laissant à son sort ? C’était sûrement ce qui allait se passer, du moins c’est ce que la jeune fille pensait.

_________________



Frozen

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usaginokamen.over-blog.net/
Jack Taylor
Arrancar
Arrancar
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/09/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
0/100  (0/100)
Lettre:
Expérience:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Dim 9 Nov - 1:30

Dans cette obscurité infinie, la ou espoirs et souhaits n’ont plus leurs places depuis la naissance de ces terres mortes, une voix pourtant demeurait convaincue qu’un futur s’offrirait à elle. Cette gamine aux cheveux roses, n’avait pas encore abandonné l’espoir de vivre… Jack ne pu réprimander un faible sourire qui s’esquissa sur son visage camouflé. Elle avait du cran cette petite pour parler si ouvertement et avec tant d’assurances à l’un des êtres les plus puissants de ce monde. Tel était son choix, emprunter la voie du carnage ou douleur et peine obstrueront sa route. L’humaine avait encore tout à découvrir mais pourtant même si l’espada éprouvait une certaine compassion pour elle, il ne l’aiderait pas dans ce périple ou les chances de survies avoisinait les zéro pour cents. Chacun pour sois, tel était la devise qui régnait ici bas, du moins c’est ce dont Taylor était persuadé. Il relâcha son étreinte, délivrant la tignasse rose de sa prise pour laisser retomber à même le sable glacé ; le petit visage enfantin. L’arrancar se releva de tout son haut, se faisant il se débarrassa d’un revers de mains des grains de sable qui s’étaient incrustés sur son pantalon au niveau des ses rotules. L’ombre déstabilisante avait reprit ses droits sous son masque, la lueur de son regard azure se déroba, marquant de ce fait, le seul geste de compassion qu’il exprima envers la fillette. Depuis combien de temps avait il évité de céder à la pitié pour autrui ? Bien trop longtemps pour qu’il puisse s’en souvenir, sa conduite avait toujours engendré la destruction et la mort autour de lui, du moins depuis qu’il avait rejoint le Hueco Monde. De sa vie sur terre, rien ne subsistait. Encore un profond manque qui hantait les songes de l’espada… Déterminait à mettre fin à cette rencontre qui le déstabilisait de par son comportement compréhensif, cette minuscule chaleur qui avait envahit son cœur déchu, sentiment qui ne semblait avoir nul raison d’être mais pourtant bien réel il décida de prendre congé. Un mot pourtant aurait pu qualifier ses actes s’il avait conscience de certains faits oublié : « la nostalgie ». Ainsi il se retourna, présentant son dos à sa fugace relation.

-« Ne regrette pas ton choix, gamine… »

Tel furent ses ultimes mots pour cette séparation, sans émotions aucunes, son timbre de voix égal à lui-même. Il se mit en marche, lentement, sans un regard en arrière. Un pas après l’autre, rythmé par le chant d’un vent sec qui faisait virevolter et onduler sereinement sa longue veste argentée. Quelques mètres plus loin, il s’évapora de la vue de la fillette, telle une apparition qui n’avait jamais existé, sa silhouette garda ses contours perturbés durant une petite seconde tant sa vitesse avait été fulgurant, l’espace temps lui-même n’avait pas encore réalisé que le corps s’était déjà avancé au loin. Il avait usé de son sonido pour couvrir une bonne distance entre eux, si bien que quand il stoppa sa course, la gamine n’était plus qu’un point à l’horizon… Soudainement, une présence se réveilla à ses sens de perception. Non, plusieurs, une vingtaine peut être. Elles arrivaient dans le sens opposé d’où il était partit, fondant tous tel un seul homme vers la position de l’humaine. A l’analyse de ses forces, il devait s’agir d’hollows affamaient en quête de nourriture. Le genre de créature qui avait perdu toute raison et dont la seule préoccupation était de dévorer des vies pour combler le manque de leur existence. Jack se retourna, pour exercer sa vue experte, l’ajuster jusqu’au moment ou il pu très distinctement voir la gamine qui allait bientôt être en très mauvaise posture. Une humaine face à vingt hollows affamés… Son sort était scellé à présent. Quelques secondes plus tard il pu observer les vingt bêtes hideuses aux masques blancs et aux crocs acérés, encerclaient la jeune fille. Taylor resta passif, tout cela ne le regardait plus à présent. Pourtant, bien qu’il souhaitait détournait son regard de cette scène qui serait fatal à l’humaine, il ne pu le faire… Pourquoi ? Il était comme subjugué mais pourtant indifférent… Paralyser mais pourtant en pleine possession de ses moyens. Son cœur battait irrégulièrement dans sa poitrine et son souffle quelque peu cassé… Que se tramait-il dans les méandres de son esprit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina Kojima
Modo/Humaine
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 19/08/2008
Age : 24

Feuille de personnage
Niveau:
8/50  (8/50)
Lettre: C
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Dim 9 Nov - 2:12

Akina remarqua quelque chose d'étrange lorsqu'elle eut fini de parler. Quelque chose qui ne lui était pas arrivé depuis une long moment déjà. Elle ne ressentati plus aucune émotion. Que ce soit les siennes ou celles des autres, rien, tout était néant. Elle se rendit à peine compte que l'arrancar avait laché sa tête, qui reposait à présent de nouveau sur le sable. Ses paupières étaient tellement lourdes, toute sa fatigue qu'elle avait essayé d'ignorer jusqu'à présent lui retombait durement sur les épaules. Elle regarda Jack se relever, se retourner et partir sans vraiment le voir, ses iris n'avaient plus l'éclat de détermination qu'ils avaient quelques secondes plus tôt. Elle n'avait plus qu'envie de dormir. Dormir, depuis combien de temps ne s'était-elle plus reposée ? Ce sable était rude et inconfortable, mais qu'est-ce que ça pouvait bien faire ? Elle s'en fichait, comme de tout à présent.

- Ne regrette pas ton choix, gamine…

Non elle ne comptait pas avoir de regrets... Tant qu'elle aurait la force, elle continuerait d'avancer, jusqu'à s'écrouler de fatigue. Tandis que l'homme disparaissait peu à peu de sa vue, elle essaya faiblement de se relever, mais sans succés. Elle se traina doucement sur le sol, et réussit à peine à bouger d'un mètre, avant de s'affaisser dans le sable et de fermer les yeux. Mais elle n'eut pas le temps de se reposer, déjà de nombreuses énergies arrivèrent autour d'elle. Elle n'était qu'à moitié consciente, mais sembla se "réveiller" quand un des hollow lui donna un coup de patte pour la retourner. Un sifflement strident sortit de sa bouche, son que la jeune fille interpréta en un rire. Son coeur se serra lorsqu'elle vit tous ces monstres autour d'elle. Ils étaient si nombreux. Sa vie allait donc s'arrêter ainsi ? Elle allongée misérablement à bout de force, submergée par des hollows affamés. Le sifflement s'arrêta, et le hollow qui l'avait retourné pencha sa tête jusqu'à ce qu'elle ne soit qu'à quelques centimètres du visage tiré par la fatigue de la petite humaine. Celle-ci sentit l'odeur qui émanait du monstre, et eut un haut de coeur. Une lueur sadique passa dans les yeux rouges.

- Ksss cette boule rose m'a l'air bien appétissante... Il serait du gachi de la gaspiller...

Il attrapa Akina à la gorge, et commença à resserer son étreinte. Les yeux de la jeune filles se rétractèrent, et elle essaya de reprendre son souffle, mais elle ne put rien faire. Les autres hollows commencèrent à s'agiter, et sifflèrent d'un air mécontent.

- Qu'est-ce que tu crois faire ? Elle n'est pas qu'à toi !

- Lache-la et laisse-la nous un peu !

Elle ferma les yeux, elle ne voulait plus en entendre elle voulait s'achapper de ce cauchemar. Alors, elle n'eut plus la moindre molécule d'air dans sa poitrine, et son petit corps s'affaissa en perdant connaissance. Les hollows ne semblèrent rien remarquer, et continuèrent de se la disputer en s'injuriant violemment. Finalement, le hollow qui la tenait - et qui semblait être le plus puissant - poussa un son strident. Tous se turent et l'écoutèrent.

- Je m'occupe de la gamine en premier, et je vous laisse ce qui reste.

Il la regarda un instant avec un sourire démoniaque, puis du bout de la griffe il remit une mèche de cheveux qui avait glissé sur le front de la petite Kodoku à sa place. Il eut de nouveau ce rire si désagréable à entendre, et approcha la petite humaine inconsciente de sa bouche.

_________________



Frozen

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usaginokamen.over-blog.net/
Jack Taylor
Arrancar
Arrancar
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/09/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
0/100  (0/100)
Lettre:
Expérience:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Ven 21 Nov - 1:10

Les prunelles azure de l’espada demeurèrent figés, incapable de se détourner de cette scène qu’il avait déjà tant côtoyé : la mort et le destin inéluctable qui abat le trépas sur les âmes faible de ce monde. Jack avait vu à de nombreuse reprise ce genre de tragédie, et aucune n’avaient entaché son maintient, toutes ne lui avaient suscité que du dédain quand bien même il en était le bourreau. Mais alors pourquoi ? Pourquoi était il si nerveux et confus présentement ? Inconsciemment, l’espada d’élite contracta ses poing tremblants de rage, sa mâchoire de contracta dans cette même ampleur furieuse, son regard s’assombrit sous le froncement prononcé de ses sourcils. Insidieusement un bourdonnement aigu envahit ses oreilles, sa vision souffrit également d’un mal étrange, lorsqu’elle se troubla. Son souffle perdit sa sérénité habituelle pour s’accentuer et finir en débâcle. Le coup de grâce qui acheva son esprit en perdition fut déclenché lorsqu’un des hollows s’empara de la gamine pour la dévorer sans pitié. Cette scène ressurgit de son passé déchu, un lointain souvenir qu’il aurait préféré oublier pour toujours… Mais celui-ci s’imposa à lui entraînant une douleur intense qui malmené ses sens. Sa tête était prête à exploser. L’alenkar plia sous ce mal psychologique, il maintient futilement son visage derrière les paumes de ses mains, pour réconforter et chasser la douleur qui lui rongeait l’esprit, mais sans succès. Il tomba à genoux sur le sable, son corps tremblant envahit par de nombreuse goûtes de sueur qui perlèrent sur son corps. Il ne put retenir un hurlement de douleur mêlé à un désespoir qu’il ne comprenait pas encore, un cris auquel il avait déjà eu recours il y a longtemps…Entre ses doigt écarté, ses pupilles vacillantes se démenaient, durant quelques seconde, son visage torturé scruta le ciel obscure de cette nuit noir jusqu’au moment on cette même pénombre s’abattit sur sa vision. Il était dans le noir le plus complet, et ses autres sens moururent en même temps, comme si son esprit se détacha de son corps.

Une seconde plus tard, il se tenait debout, face à un grand brasier, une petite maison en flamme s’offrait à ses yeux désemparés. Mais étrangement, il n’avait pas le contrôle de son corps, il comprit alors qu’il revivait une scène de son passé en tant que simple spectateur. Le corps du Jack de ce temps était humain, du moins pour le peu de temps qu’il lui restait à vivre. Ce fantôme de son passé vacillait sous le poids de ses blessures, son sang souillait ses vêtements ainsi que la terre alentour, le simple fait qu’il tenait encore debout, relevé du miracle. Pourtant ce spectre ne semblait pas souffrir de ses blessures mortelles. Non, il était bien trop terrorisé pour avoir mal, et cette terreur ne concernait pas sa mort imminente, mais bien le fait qu’il était entrain d’assister à un drame inqualifiable, d’une horreur sans commun pour l’humain Taylor. Ses prunelles reflétèrent cette vision cauchemardesque, un hollow tenait fermement le corps d’une petite fille. Le jack spectateur eu un choc en voyant le gamine. Il se rappelait… C’était sa fille… Sa fille qu’il n’avait pu sauver à cette époque, cet affreux souvenir qui lui avait été dérobée lorsqu’il goûta à la mort. Pourquoi se souvenir avait il resurgit maintenant ? Tout simplement à cause de la similitude entre cet acte passé et celui du présent. L’enfant condamné, enfermait dans le brasier avec le hollow… Elle ressemblait à cette petite humaine du nom d’Akina. Pas traits pour traits, mais suffisamment pour que le macabre souvenir ressurgissent. Ces mêmes cheveux roses et ce visage émacié… Jack ne pu assister à la mise à mort de sa fille qu’en simple spectateur, tandis que son être passer hurlait à la mort lorsque le sang de sa fille se déversa à flot… Larmes et désespoir se mêlèrent pour sceller le destin brisé d’une famille. Lorsque les cris brisés se turent, la lumière de la réalité regagna l’espada. Il était de nouveau dans ce désert familier.

A présent que ce souvenir avait été libéré, son corps ne souffrait plus d’aucun maux. Il était redevenu serein et calme comme il l’était toujours. Il soupira alors, un faible sourire s’esquissa sur ses lèvres, caché derrière son col. Il murmura alors quelques mots à lui-même.

-« Moi qui pensait en avoir fini avec tout ça… »

Ce souvenir ne lui arracha nul peine, il était simplement content de se rappeler qui il avait été, et que lui aussi avait été heureux à une époque lors de son vivant, lorsqu’il vivait insouciant avec sa petite fille. La fatalité de son sort ne l’ému point, le passé s’était déjà joué, s’y lamenter ne la ramènerait pas, même si il ne pouvait ignorer ce pincement au cœur qui l’étreignit à présent. Pour chasser cet arrière goût d’amertume, il se concentra sur la scène de qui se jouait à présent. Le sort de la petite humaine qui avait permit à sa conscience de se rappeler de ses origines. Ce n’était pas sa fille, mais la ressemblance entre eux ne pouvait être ignoré. Il se répugnait à laisser cette gamine mourir sous ses yeux. Le fait de la sauver pourrait il apaiser la douleur d’avoir été incapable de sauver sa propre fille ? Espoir illusoire, mais auquel Jack ne pu résistait et c’est sans vraiment réfléchir qu’il agit immédiatement, conduit par son instinct lié aux jours passés… La tercera espada usa de son sonido le plus rapide, les traits de son visage s’était durcit lors de ce court lapse de temps pour s’enorgueillir d’un air grave et sérieux. Le hollow avait déjà ouvert sa large gueule et alors qu’il s’apprêta à abattre ses crocs sur sa victime, il ne put allait jusqu’au bout de son acte. En effet, Taylor, apparut comme par enchantement tant il avait été rapide, et à présent il tenait ouvert de ses mains la grande mâchoire du hollow qui ne comprenait pas ce qu’il lui était tombé dessus. Sous son voile un regard menaçant fusilla le monstre dénué d’esprit et l’arrancar adressa quelques mots au chasseur devenu proie, lentement et avec un calme surprenant.

-« Tu ne la toucheras plus jamais. »

Ceci dit, il disloque les machoirs de la bête dont les crocs acéré n’avait pu atteinte les mains de l’espada. Un craquement sinistre précéda quand les deux mâchoires furent séparées très distinctement l’une de l’autre. Le hollow ne pu même pas hurler à la mort, son corps tomba inerte sur le coup, relâchent la gamine qui tomba au sol. Les autres âmes perdues se lancèrent à corps perdu sur Taylor. Des hollows aussi affamé n’obéissaient plus à personne, même à l’un de leur supérieur. Ils étaient seulement conduits par la faim insoutenable qui les tiraillait. Le tercera exprima le souhait imminent qu’il allait perpétrer.

-« Disparaissez, Vermines. »

Un vrai carnage débuta alors, l’espada démembra à main nues une à une toutes ces bêtes immondes, sans aucune pitié et avec une certaine cruauté. Les cris d’agonies des hollows furent telle une sérénade macabre qui se tut lorsque le dernier des monstres d’écroula au sol. Le sable avait été souillé de sang noir et impure et des membres détachés du corps de leur propriétaire, traînaient un peu partout. Jack lui-même n’avait pas été épargné par ce carnage, sa veste immaculée était à présente couverte de sang… le sang des Hollows marquant de leur couleur noir abject, les tissus purs de ses habits. Sans aucun remord, il prit le départ, emmenant le corps inertes de la gamine aven lui, en la maintenant d’un bras, sur l’une de ses épaules. Il se mit en marche, sans se presser, ne sachant que faire de cette fillette qui le perturbé de par cette ressemblance frappante qui marquait ses souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina Kojima
Modo/Humaine
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 19/08/2008
Age : 24

Feuille de personnage
Niveau:
8/50  (8/50)
Lettre: C
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Ven 21 Nov - 1:46

Une deux une deux une deux. Les bruits de pas parvenaient peu à peu aux oreilles d'Akina de plus en plus clairs. Une démarche régulière, provoquant un bruit sourd et dérapant. Comme si quelqu'un marchait dans du sable. La jeune fille se sentait ballotée, ses bras se balancant doucement au rythme des pas. Une main ferme la tenait pour ne pas qu'elle tombe. Lentement elle ouvrit les yeux. Du sable. Blanc. A perte de vue. Elle cligna plusieurs fois des paupières pour vérifier que ce n'était pas un rêve, et c'est alors que tout lui revint en mémoire. Le lycée, la rencontre avec l'âme et l'étrange jeune homme, les hommes en blanc qui arrivent et se battent contre lui, puis qui l'emmènent dans ce monde. Ensuite, la rencontre avec cet homme si étrange et puissant, qui tue les deux autres, et qui la laisse épuisée mais toujours vivante dans ce désert. Et l'attaque de ces monstres, tous rassemblés autour d'elle, et le dernier qui l'avait éttoufé en la raprochant petit à petit de sa gueule. A cette pensée elle trembla et ferma de nouveau les yeux. Elle respira plusieurs fois lentement, essayant d'évacuer sa peur. C'est un exercice qu'elle pratiquait souvent et son empathie l'y aidait énormément. Il ne lui fallu que quelques secondes pour se calmer. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle s'empressa de constater que les monstres avaient disparus. Et qu'elle se trouvait sur l'épaule de quelqu'un.

Elle tenta de se redresser, mais trop faible, elle s'affaissa de nouveau. La douleur de ses membres resurgit telle une vive brulure, et elle se mordit la lèvre pour ne pas crier. Sa fatigue la rattrapa également, mais elle lutta du mieux qu'elle pu. Quand on la voyait ainsi, on ne pouvait pas se douter du combat intérieur qu'elle menait. On ne voyait qu'une gamine aux cernes lourdes, aux petits yeux, à la mine fatiguée et au visage très pâle. Dans son regard on pouvait voir refléter la peur et la douleur. Mais rien ne montrait qu'elle rassemblait toutes ses forces pour évacuer ces sentiments. Se sentir ainsi aussi faible... Akina détestait ça. Elle restait ainsi, impuissante, sur l'épaule de... Mais de qui d'ailleurs ? Dans sa position elle ne pu pas voir le visage de l'inconnu, mais tournant la tête elle aperçut le manteau blanc... et le chapeau. Ainsi cet homme l'avait sauvé ? Il n'y avait pas d'autres explications à ce qui se passait à présent, cette situation tellement différente de celle auquelle elle faisait face avant de sombrer. Mais pourquoi ne pas l'avoir laissé ainsi ? Pourquoi d'ailleurs l'avoir sauvé ? Il devait s'en moquer totallement qu'une faible humaine comme elle meurt ou pas. Le regard dans le vide, la jeune Kodoku réflechit quelques instants. Elle devait sa vie à cette homme, il lui avait sauvé non pas une mais deux fois. Et elle lui en était plus que reconnaissante, malgrés l'indifférence qu'il semblait lui avoir porté auparavant, et la douleur qu'il lui avait infligé en relachant son reiatsu. Lentement, d'une voix faible mais sincère, elle prononca un seul mot.


- Merci...

La fatigue la regagnait de nouveau, elle cligna plusieurs fois des paupières pour les empêcher de se fermer. Elle ne voulait pas s'endormir, encore une fois. Même si elle était exténuée, elle s'en fichait, elle ferait ce qui était en son pouvoir pour rester éveillée. De toute façon elle ne pouvait pas faire grand chose d'autre... Sa faiblesse était accablante. Son regard se fit lointain et triste à cette pensée. Elle aurait tant aimé être plus forte...

_________________



Frozen

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usaginokamen.over-blog.net/
Jack Taylor
Arrancar
Arrancar
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/09/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
0/100  (0/100)
Lettre:
Expérience:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Sam 22 Nov - 1:58

Jack était devenu un « sauveur » en l’espace de quelques heures. Pour la première fois de sa vie d’arrancar, la tercera s’était penché sur le cas d’autrui pour le secourir. Un acte bienveillant à n’en pas douter, lui-même ne se reconnaissait pas dans cette conduite. Mais comment pouvait-il laisser cette gamine succomber ? Il aurait l’impression de voir sa fille défunte mourir à nouveau sous ses yeux. Bien sur seule l’apparence entre ces deux filles y était similaire, mais nos yeux sont nos sens les plus trompeurs et le plus sensible et Jack était sous leur emprise mesquine de faux semblant. Quelle stupidité dont il faisait preuve. Incapable de dissocier ce souvenir du présent, tant de naïveté l’écœurait. Il ferma les yeux quelques secondes, lâchant un soupire exacerbé qui exprimer son agacement quant à sa situation actuel. Finalement, il ne valait pas mieux que le commun des mortelles qui recherchait sans cesse des repères pour ne pas bouleverser leur existence. Lui, comme tout autre, était en quête d’un élément concret au quel se rattacher. Dans le flot de ses pensées acerbes, quelques mots s’échappèrent d’entre ses lèvres.

-« Je suis si pathétique… Je commence à m’affaiblir inexorablement. »

En effet, s’attacher était un acte de faiblesse pour lui. S’il voulait accomplir sa vengeance il ne pouvait se laisser aller à la compassion, c’était un coup à devenir clément envers autrui, chose qui le détournerait de la voie qu’il avait choisit. Mais même conscient de cela, il ne pouvait s’y soustraire, le souvenir de sa fille le hantait malgré lui. Il se promit donc que cette humaine serait la seule exception, la seule rescapé de sa vendetta sanglante. Murmurant cette promesse à lui-même, doucement lié à une certaine tendresse dissimulé.

-« Tu seras la seule bénéficiaire de ma clémence, toi qui a ravivé le souvenir de Liz… »

Liz, le prénom de son enfant... Tant de mélancolie le submergea en citant à voix haute le nom de cet être cher. L’éclat de son regard s’assombrit plus qu’à ordinaire et sa stature noble et rigide s’affaissa un temps soit peu. Il ne cherchait pas la compassion des autres, sa tristesse demeura fier et silencieuse, presque imperceptible, refoulé au possible. Bien vite il chassa se sentiment détestable, reconstruisant l’amure d’acier qui entourait son cœur pour honorer une fierté mal placée. Durant plusieurs dizaines de minutes, il s’évertua à continuer sa route dans le désert mort, l’esprit dépouillé de toute superficialité dans le sens où il l’entendait. Et enfin, il sentit le petit corps perché sur son épaule, se mouvoir. Elle se réveillait de son court repos. Jack demeura silencieux, feignant de l’ignorer comme il savait si bien le faire. Et ce n’était pas le merci sincère de la fillette qui le sortit de sa vanité, ne pas laisser paraître une seule faille dans son armure, tel était son crédo. Le silence fut sa seule réponse.

« … »

Ce mot de gratitude, ça faisait trop longtemps qu’il ne l’avait plus entendu, et à présent, il avait perdu tout son sens pour lui. Taylor relâcha sa prise qui maintenait l’humaine sur son épaule par l’étreinte de son bras sur la taille d’Akina. Sans précaution, il laissa tomber la gamine sur le sol, dispersant des grains de sable qui se dispersèrent fugacement suite au choc. Il se tourna vers elle, de tout son haut, il la dévisagea longuement. Comment agir ? En sa présence, il était toujours aussi hésitant. Une sombre voix en lui, le somma de la tuer immédiatement avant qu’il ne s’affaiblisse irrémédiablement mais parallèlement une autre voix plus douce, réclamait son indulgence en souvenir de Liz, de ne pas souiller ce visage enfantin, ce même minois qui lui avait tant apporté dans le passé. Il posa sa main sur le manche de son zanpakto, éconduit par ses sombres pensées mais l’autre retenait son bras, une lutte acharnée se livrait en son fort intérieur, ce combat perpétuel entre le bien et le mal… Les deux faces distinctes d’un homme. Son bras qui délivrerait le jugement, tremblait légèrement, aucun des deux parties ne voulant céder. C’est alors que le sourire de sa fille défunte lui revient en mémoire, un sourire angélique qui réchauffait les cœurs les plus meurtries. Cette vision éphémère départagea les deux camps, la main armé se tue, et le bras de l’espada revient au repos. Jack allait continuer à veiller sur elle encore un peu, le temps qu’il puisse surmonter ce souvenir qui le retenait. Décidé, il posa un genou au sol et il dégrafa le col qui masquait son humanité. Un bouton après l’autre, sa protection se dissipa pour enfin laisser apparaître son visage. Si pale, la lueur du soleil manquait à ce teint blanchâtre et cette expression dépouillé de toutes émotion, si ce n’est cette fierté qui s’évertuait de maintenir pour garder enfouis en lui son passé, le caractérisait. Tel était l’apparence de Taylor. Il faisait si jeune, négligé à cause de ses cheveux bruns en bataille, libre de leur mouvement, mais en même temps garant d’un certain panache. Difficile de dire que cet homme avait déjà vécu plusieurs siècles, son apparence ne lui donner qu’une petite trentaine d’année. Mais le plus déroutant demeurait dans le fait qu’il avait l’air si… humain malgré ses origines d’hollow. En surface, aucune masque blanc de le relié à ses confrères, invisible à l’œil nu. Son morceau de masque, souvenir de son émancipation de bête sans discernement, se situait dans son cuir chevelu, une longue bande fine hérissée de pointes était camouflé sous son épaisse tignasse. Il brisa enfin le long silence, à présent convaincu de la voie qu’il suivrait pour le moment.

-« Tu ne survivras pas longtemps en ma présence, gamine. La force que je dégage, même au repos, doit d’être insupportable… Tu es si faible, comme les autres. »

En effet, la fillette ne pouvait résister à tant de puissance, même enfuit, elle finirait par craquer. Taylor avait décidé de la maintenir en vie pour le moment, le temps que son blocage lié à ses souvenirs resurgit, disparaît. Voila pourquoi, il l’aida à surmonter ce problème. Il démit le chapeau qu’il portait sur la tète, pour le poser sur les cheveux de l’humaine. Celui-ci était trop grand pour sa p’tite tete, mais il n’était pas la pour faire joli, seule son utilité comptait. Il expliqua le pourquoi de son geste, le mécanisme qui permettrait à l’humaine de résister. Pour une fois l’espada se montra quelque peu bavard…

-« Ce chapeau est une matérialisation de mes particules spirituelle. En le portant, tu te confonds avec ces dernières. Ma pression énergétique n’aura plus d’effet sur toi, ni même celle des autres puissants de ce monde, tant que tu le porteras. »

L’un des principaux pouvoir du tercera demeurait dans la création. Il pouvait modeler à sa guise, son énergie sous forme solide. Sa veste entière était composé de ses particules façonnable et en ca résidé également sa résurrection. Il se rendit compte après coup, à quel point sa « bonté » était transparente suite à cet acte et c’est quelque peu gêné qu’il détourna les yeux au ciel en se grattant l’arrière du crane. La, on pouvait vraiment dire qu’il ressemblait à un humain en totalité. C’était totalement inédit chez le tercera au visage de marbre. Toutes ses sombres ressentiments avaient momentanément disparut pour ne laisser place qu’à l’instant présent. Il ajouta précipitamment, ne maitrisant plus son camouflage d’indifférence, sur un ton précipité :

-« Ne va pas croire que je fais ça par bienveillance. J’ai… J’ai simplement besoin d’une nouvelle servante. La dernière est morte à cause de son incompétence… »

Il était vraiment drôle à voir. Jack était vraiment une personne incompréhensible et tellement changeant dans son comportement. Mais un tel agissement, c’était bien une première. Agressif, calme, indifférent, moqueur, antipathique, cruel, c’était du connu mais cette situation c’était du jamais vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina Kojima
Modo/Humaine
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 19/08/2008
Age : 24

Feuille de personnage
Niveau:
8/50  (8/50)
Lettre: C
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Mer 10 Déc - 21:10

Son remerciement fut suivi d’un long silence qui devient bientôt un peu gênant. Akina se demandait si elle avait bien fait de prononcer ces mots, ce n’était qu’un peu de politesse mais… En fait elle ne savait pas ce qu’il y avait de mal à dire un simple « merci ». Était-ce le ton sur lequel elle l’avait dit ? Cet homme n’était pas du genre à être gêné. Elle se concentra un instant et ferma les yeux. Il émanait de lui une profonde indifférence, qui semblait cependant fausse d’une certaine manière. Trop fatiguée pour y réfléchir plus, elle se laissa ballotter de nouveau quelques instants sur son épaule. Mais alors Jack la laissa tomber à terre, et elle atterrit dans le sable sur les genoux. Elle posa ses mains devant elle avant de tomber en avant dans son élan, tout lui avait semblait bien soudain comparé au silence et à la monotonie de plus tôt. La petite humaine leva lentement les yeux vers son sauveur, et il y eut un long instant de silence à nouveau. Une petite brise vint balayer ses cheveux et elle pensa un instant que ça ressemblait trop à un film de cow-boy. Sauf qu’ils n’avaient pas de pistolets, qu’il y avait seulement une gamine aux cheveux chewing-gum et un grand homme masqué armé d’épée et de… magie ? Tout ça ressemblait plus à un rêve qu’autre chose en y repensant. Mais un rêve dont on ne peut pas s’échapper, dont l’horreur ressemble à celle d’un cauchemar, et qui ne fait que commencer. Lorsque l’arrancar posa sa main sur son sabre, elle ne put s’empêcher de frissonner légèrement. Elle était tendue et ça se voyait, mais elle se souciait peu de cacher ses sentiments. Au contraire, elle préféra tenter d’atteindre ceux de l’homme en face d’elle, dans l’espoir de se calmer. Mais elle fut surprise de voir qu’il était tendu lui aussi. Et hésitant. A quoi bon hésiter ? Il avait bien tuer les autres sans ménagements, et elle était de loin celle qui avait le moins de valeur, la plus faible, et de plus son pouvoir n’avait vraiment pas de grand intérêt… Et personne ne savait qu’elle en possédait un. Par contre, peut-être était-elle un peu plus intelligente que les crétins de monstres. Du moins elle espérait.

Kodoku pencha légèrement la tête sur le côté, signe de curiosité chez elle, en fixant Jack. En quoi cet homme aussi calme et dédaigneux pouvait-il être hésitant et tendu ? Mais lorsqu’elle vit sa main quitter le manche du zanpakuto, elle se sentit un peu soulagée et se redressa. Il mit alors genou à terre, et commença à déboutonner son col. Le visage de l’arrancar apparut alors. La jeune fille fut étonnée de constater à quel point il semblait jeune, ses cheveux étaient coiffés comme ceux d’un adolescent (c’est-à-dire pas coiffés du tout). Il avait la peau plutôt pâle, elle l’avait déjà remarqué en voyant sa main mais à présent cette pâleur se voyait plus, et faisait ressortir la couleur de ses yeux, couleur qui fascinait Akina. Ses yeux à elle étaient également bleus marine, mais n’avaient pas exactement la même teinte. Ceux-ci semblaient dégager une lumière étrange, peut-être un peu électrique. En tout cas elle était sûre de ne pas avoir vu d’yeux pareils auparavant. Elle se détacha de ce regard cependant lorsqu’il se mit à parler.


- Tu ne survivras pas longtemps en ma présence, gamine. La force que je dégage, même au repos, doit d’être insupportable… Tu es si faible, comme les autres.

Elle fit la moue. Non pas parce qu’il l’avait appelé « gamine », ni à l’idée de mourir. Après tout à présent la mort lui faisait plutôt penser à un repos et à une fin envisageable. Et elle savait qu’elle était faible. Simplement… Il avait dit tout ça avec une telle certitude, de façon si directe, que ça l’avait quelque peu déstabilisé. Mais Akina n’en laissa rien paraître, et se attendit patiemment et attentivement les prochains mots. Mais avant de prononcer quelque chose d’autre, le jeune (?) homme enleva son chapeau et le posa sur sa tête. Sur le moment elle ne vit plus rien, comme si on avait tirer un rideau noir devant ses yeux. Puis, ce fut comme si sa fatigue avait disparu soudainement. Du moins, pas toute sa fatigue, elle étzit toujours épuisée, mais cette pression qu'elle n'avait pas su identifier et qui pesait sur ses épaules depuis un moment. Elle attrapa le bord du chapeau et le souleva un peu, de manière à pouvoir voir quelque chose.

- Ce chapeau est une matérialisation de mes particules spirituelle. En le portant, tu te confonds avec ces dernières. Ma pression énergétique n’aura plus d’effet sur toi, ni même celle des autres puissants de ce monde, tant que tu le porteras.

La jeune humaine laissa retomber lentement sa main sur le sol. Elle jeta un bref coup d’œil au chapeau blanc sur le haut de sa tête, avant de tourner de nouveau son regard vers Jack. Ce simple objet pouvait lui sauver la vie de manière aussi simple… D’où venait cet élan de générosité ? Jusqu’à présent il s’était montré plutôt froid et indifférent, mais il semblait un tout autre homme maintenant. Il devait avoir capté son regard surpris, car il leva les yeux au ciel en se grattant la tête dans un signe de gêne. Il n’en fallu pas plus pour étonner la petite, qui à présent se demandait si ce n’était pas un frère jumeau du premier individu ou quelqu’un de sa famille qui lui ressemblait beaucoup. C’est alors qu’il reprit la parole, d’une voix très précipitée sans arriver à masquer ses réels sentiments. De toute façon ils étaient tellement clairs, que même si ses mots ne les avaient pas exprimés, Kodoku les ressentait comme si il s’agissait des siens.

- Ne va pas croire que je fais ça par bienveillance. J’ai… J’ai simplement besoin d’une nouvelle servante. La dernière est morte à cause de son incompétence…

Légèrement amusée par ce retournement de situation, elle retint un petit rire. Mais son visage fut éclairé par un grand sourire, aussi sincère que son remerciement plus tôt. Pour ne pas le vexé, elle masqua son amusement et essaya de se montrer plus calme et sérieuse qu’elle ne l’était. Son sourire devint un peu moins « brillant », mais resta cependant sur ses lèvres.

- Merci. Je ferai de mon mieux pour vous assister.

Après tout elle lui devait la vie, et ce par trois fois à présent. Une vie de servante dans un monde pareil n’avait rien de très plaisante, mais elle valait mieux que d’être dévorée par des monstres, épuisée au milieu d’un désert sans fin.

_________________



Frozen

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usaginokamen.over-blog.net/
The Spoon Killer
Admin/Capitaine de la 6 ème Division
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 31/07/2008
Age : 25

Feuille de personnage
Niveau:
35/50  (35/50)
Lettre: C
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Ven 9 Jan - 3:42

[Bon pour débloquer Aki dans le rp et faire avancer l'histoire je me permet de me mettre en temps que MJ pour intervenir, en attendant que Jack réponde je vais le mettre hors combat]

-Que c'est charmant...

Cette voix n’avait résonné de nul part, Akina pouvait chercher tant bien que mal d'où provenait cette voix mais cela n’aurait servit à rien. Quand à Jack, celui-ci avait probablement repéré le coupable mais il n'aurait jamais eu le temps de réagir devant ce qui allait se produit. Une grande lumière aveuglante apparut forçant la jeune Aki à se protéger les yeux et lorsque l'intensité de la lumière diminua, Aki put remarquer non pas un mais bien quatre personnes entourant Jack.

Aki ne savait pas trop ce qui se passait mais Jack le savait...L'espada sentait complètement ses articulations bloqué l'empêchant de bouger, mais il y avait pire encore, il sentit ces deux jambes ainsi que ces deux bras se faire transpercer par les lames tranchante des zanpakuto des quatre Arrancars. Avec ces articulations bloquées, ces et ces bras hors service, l'Espada s'effondra au sol sans aucun mot. Un frisson d’horreur parcoura tout le corps d’Aki qui resta figé sur place ne sachant pas quoi faire face à ces nouveaux arrivants.

Le premier Arrancar était un grand gaillard, il était le plus grand des quatre, il avait des cheveux blond lui arrivant jusqu’au épaule et il y avait un ramassis de poil sur son menton qui était en train de former peu à peu une barbe. Sur son visage on pouvait remarquer qu’il y avait un bandeau noir sur son œil gauche, disons que c’était la première chose que l’on remarquait en premier sur cet Arrancar géant. Il portait un kimono noir ouvert laissant apercevoir tout son corps bâtit, la musculature de cette personne était presque effrayante, on croirait presque que tout son organisme est fait de muscle et de rien d’autre. Puis sur sa hanche, il y avait son zanpakuto accroché dont sa lame était encore tâcher du sang de Jack, le zanpakuto ressemblait grandement aux autres excepté que sa lame était composé de plusieurs petites lame aussi acéré que des dents de requins.

Le second était beaucoup moins imposant que le premier mais il semblait tout aussi dangereux. La première chose qui frappait en premier sur cet Arrancar était ces cheveux blanc, ces cheveux avait à peu près la même couleur que la neige elle-même, il lui arrivait presque au bas des épaules et plusieurs mèches de cheveux se trouvait sur son visage se faisant balancer facilement par le vent. Sur son front se trouvait un bandeau noir qui n’était pas vraiment important mais qui attirait tout de même l’attention. Les yeux de celui-ci était d’une couleur bleu glacial et en croisant seulement son regard on pouvait sentir tout notre sang se glacer d’un seul coup. Ça tenu des plus étranges mais le moins compliqué, il portait une longue veste noire en cuir avec un pantalon de couleur noir et de lourde botte. Deux zanpakuto se trouvait accrocher sur son dos prête à être dégainé et à répandre du sang sur le sable chaud du Hueco.

Le troisième était probablement celui qui possédait le plus de charisme des quatre. Ayant les cheveux courts complètement placés en bataille avec quelque mèche lui retombant sur le visage, des yeux de couleur rouge ressemblant à ceux d’un véritable démon avec un étrange tatouage autour de son œil droit, ceci lui donnait un look plutôt étrange mais cela n’enlevait en rien de son charisme. Sa tenu ne ressemblait à rien ce qu’on aurait pu voir jusqu’à aujourd’hui, son accoutrement était en cuir avec quelque chaîne attaché d’un coin à l’autre. ( http://www.geocities.com/organic_angel/graphics/lucsamab.jpgpour avoir une image plus précise ^^). Il portait son zanpakuto sur sa main n’ayant pas de fourreau où le ranger…

Le dernier Arrancar, contrairement aux trois autres, était une femme. Elle était la plus petite des quatre, elle avait des cheveux blonds lui arrivant au bas du cou, elle avait de grands yeux lui donnant un air innocent mais son expression sur son visage ne lui donnait aucun air d’une fille innocente où gamine. Elle portait une espèce de camisole rouge en dentelle avec des bretelles, sur ces bras se trouvait de long gang rouge aussi lui arrivant jusqu’au coude et sur son dos se trouvait une longue cape rouge avec un capuchon rabaissé. Cette femme portait elle aussi un sabre qui était accroché sur ces hanches…

L’homme avec le tatouage étrange sur son œil approcha d’Aki suivit du colosse. L’homme inspecta la jeune de haut en bas, puis d’une voix calme et détendu il ouvrit la parole le premier.


-Je ressens en toi une très grande énergie spirituelle humaine, je commence à comprendre pourquoi les deux Arrancars et l’autre semblait intéressé par toi…

Il n’eut pas le temps de terminer la phrase que le colosse coupa la parole à celui-ci s’approchant de quelque millimètre d’Aki et dit avec un petit sourire en coin.

-Pour une humaine elle est plutôt pas mal! Elle est bien de mon goût!

Ce commentaire plutôt mal placé posa un long silence de malaise, où bien de découragement? On ne le savait pas vraiment, mais l’homme au tatouage ne fit qu’un simple regard pour que le géant rejoigne les trois autres. Ensuite, il se tourna à nouveau vers Aki et remarqua que celle-ci semblait emparé d’un malaise. Un petit sourire se dessina sur les lèvres de celui-ci et déposa sa main sur l’épaule de la jeune fille.

Takuya :-J’oubliais mes bonnes manières! Je me nomme Takuya et le grand colosse de tout à l’heure il se nomme Severo. Ensuite le gars un peu louche avec le bandeau noir, Slayne et finalement la fille tout en rouge se nomme Taïcha.

Tout ceux que Takuya avait nommés saluèrent tous Aki par un simple hochement de tête.

Takuya :-Je ne sais pas trop pourquoi tu es ici mais tu devrais savoir que cet endroit signifie la mort assuré pour une jeune humaine. Tu as de la chance que j’aie ressentis la puissante aura de l’homme qui était avec toi, je ne sais pas trop ce qu’il te voulait mais celui-ci fait partit des sbires d’Aizen et ne mérite nullement la confiance de quiconque.

Taïcha :-De plus avec ton énergie tu risque d’attirer tout les hollow du coin il serait dangereux de rester ici…

_________________
The legend of Ichigo : https://www.youtube.com/watch?v=26_LyqYvDek&feature=related


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akina Kojima
Modo/Humaine
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 19/08/2008
Age : 24

Feuille de personnage
Niveau:
8/50  (8/50)
Lettre: C
Expérience:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Mar 13 Jan - 2:18

- Que c'est charmant...

Akina sursauta en entendant cette voix survenue de nulle part. Elle tourna la tête à droite, puis à gauche, mais il n'y avait rien d'autre autour d'elle que ce désert sans fin, et Jack qui se tenait en face d'elle. Soudain il y eut un grand flash lumineux, elle fut aveuglée et leva les bras devant ses yeux pour se protéger de cette lumière. Par ce geste, elle fit malencontrueusement tomber le chapeau qui était sur sa terre, qui se posa dans le sable sans le moindre bruit. Le flash fut de moins en moins fort, et elle abaissa timidement les bras pour voir ce qu'il s'était passé. La petite humaine se figea en découvrant quatre personnes autour de Jack. Aussitôt, le reiatsu des cinq arrancars fondit sur elle et elle eut de mal à rester consciente. Tout son corps tremblait, et elle ne put qu'assister impuissante à la scène qui se déroulait sous ses yeux. Les quatre nouveaux venus venaient de planter leurs zanpakutos dans les bras et les jambes de Jack. L'énergie spirituelle de celui-ci s'efface jusqu'à disparaitre, tandis que l'homme s'effondrait dans le sable blanc. Akina regardait, horrifiée, ce corps qui gisait par terre. Un homme aussi puissant que lui venait de s'être fait tué si rapidemment par ces quatres là... Deux d'entre eux s'approchèrent doucement d'elle, et l'humaine releva la tête. Le premier avait un regard rouge effrayant, ses cheveux noirs partaient dans tous les sens et il avait un tatouage bizarre... Ce fut d'ailleurs le premier à parler.

- Je ressens en toi une très grande énergie spirituelle humaine, je commence à comprendre pourquoi les deux Arrancars et l’autre semblait intéressé par toi…

Energie spirituelle ? Arrancars ? Elle aurait voulu demander de quoi il s'agissait, mais le deuxième homme se pencha sur elle jusqu'à être à seulement quelques millimètres. Un géant blond avec un début de barbe sur le menton, il afficha un petit sourire qui ne rassura pas du tout Kin.

- Pour une humaine elle est plutôt pas mal! Elle est bien de mon goût!

S'il n'avait pas été un géant de muscles et si l'humaine n'était pas aussi fatiguée, il se serait sûrement prit la baffe de sa vie. Mais elle était trop effrayée pour tenter quoi que ce soit de ce genre. Toujours aussi tremblante, elle ne dit rien et baissa les yeux jusqu'à ce qu'il s'éloigne. Il partit rejoindre les deux autres derrière, tandis que le premier homme se tournait de nouveau vers Akina, qui était de plus en plus mal à l'aise. Elle ne savait pas quoi faire, depuis l'apparition du monstre en ville tout n'avait été qu'un long cauchemar taché de sang et de morts. L'homme aux yeux rouges sourit et posa sa main sur son épaule, ce qui la fit sursauter.

- J’oubliais mes bonnes manières! Je me nomme Takuya et le grand colosse de tout à l’heure il se nomme Severo. Ensuite le gars un peu louche avec le bandeau noir, Slayne et finalement la fille tout en rouge se nomme Taïcha.

Ils la saluèrent rapidement, chacun d'un signe de tête, avant que l'homme, qui semblait être celui qui commandait dans la bande, continue.

- Je ne sais pas trop pourquoi tu es ici mais tu devrais savoir que cet endroit signifie la mort assuré pour une jeune humaine. Tu as de la chance que j’aie ressentis la puissante aura de l’homme qui était avec toi, je ne sais pas trop ce qu’il te voulait mais celui-ci fait partit des sbires d’Aizen et ne mérite nullement la confiance de quiconque.

- De plus avec ton énergie tu risque d’attirer tout les hollow du coin il serait dangereux de rester ici…

De nouveau la jeune fille voulut avoir des réponses. Elle se redressa un peu et parla de sa petite voix fatiguée qu'elle commencait à détester.

- A-Attendez, de quoi parlez-vous ? Qu'est-ce que sont les arrancars, les hollow, l'énergie spirituelle ? Et qui est cet Aizen ?

Akina était completement perdue et les regarda un par un, attendant une réponse à tout ça. Son regard s'arrêta sur la dernière qui avait parlé, et elle se dit qu'elle était vraiment superbe. Mais son regard ne s'attarda pas sur celui qui n'avait encore rien dit, ses yeux étaient aussi effrayants que ceux du "leader", et il emmanait une sorte d'aura froide et effrayante. La jeune fille essaya de chasser cette peur, ce n'était pas le moment d'être faible. Mais inconsciemment, elle "l'envoya" en direction de Tayuya, il y eut comme une légère décharge élèctrique là où il avait posé sa main, sur son épaule, mais qui ne lui fit pas mal du tout. Sa peur sembla soudain disparaitre d'un coup, pendant un instant, et ses yeux s'arrondirent sous la surprise.

_________________



Frozen

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usaginokamen.over-blog.net/
Jack Taylor
Arrancar
Arrancar
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 20/09/2008
Age : 31

Feuille de personnage
Niveau:
0/100  (0/100)
Lettre:
Expérience:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: On the way to hell   Sam 11 Avr - 18:46

Je faisais erreur… je me mentais à moi-même. Qui étais-je pour prétendre à être un sauveur ? Veiller sur cette gamine ? Pff quel hypocrite je faisais. Mes mains étaient déjà bien trop souillées par le sang que j’avais versé. Un passé d’assassin ne peut déboucher sur autre chose qu’un futur solitaire et amer. Que j’ai l’idée d’apporter ma protection à une gamine humaine était proprement risible et pourtant… Je ne pouvais me défaire de cette idée enivrante. Cette enfant me rappelait les jours meilleurs, mon existence insouciante avec ma famille, alors que mes seules préoccupations étaient de subvenir à leur besoin. Akina et Liz, la chair de ma chair, se ressemblaient en tout point. Tel était la cause du tourment qui me tiraillait en ce moment. Je ne pouvais me résoudre à l’abandonner, cette image de ma fille qui ressurgissait de mon passé tragique. Mais en même temps, la garder au prés de moi était impossible. Je n’étais plus qu’un monstre froid et implacable, une machine a tué rodé à l’odeur du sang… Tandis que je pris les devants pour ouvrir la marche sans savoir ce que je ferai pour me sortir de cette situation qui ne m’était pas permise, je fus coupé net dans mes réflexions. Quartes énergies se rapprochaient de moi, des arrancars à n’en pas douter. Des émissaires d’Aizen. Ils avaient surement étaient dépêché sur les lieux pour enquêter sur l’apparition d’un être qui n’avait pas place ici. L’empereur du Hueco monde était comme ça, observer, analyser, utiliser en corrompant, tel étaient ses méthodes.

La suite des événements me vient tout naturellement. C’est ici que je me séparerais une fois pour toute de ce lourd poids lié à mon vécu. Je confierais Akina à Aizen. Certes, sa vie ne tiendrait plus qu’à un fil, dépendant du bon vouloir du maitre des lieux, mais elle serait plus en sécurité comme ça. C’était la meilleure chose à faire pour elle comme pour moi. Ainsi la suite des événements se succéda selon mes intentions. Je laissai approcher les quartes vagabonds, amenuisant ma force spirituelle à son plus bas niveau. Je savais comment cela se terminerait. Ils tenteraient de me tuer pour avoir tenté de sauver une humaine et ce même s’ils n’avaient aucune chance de m’abattre, moi le tercera espada. Pourtant j’allais leur donner ce qu’ils réclamaient : mon sang se versera en tribu. Je m’arrêtai donc, fermant les yeux dissimulé sous mon voile. C’est sans une once de crainte que l’abolissait toute défense pour enfin finir encerclé par mes rétracteurs. Je restai statique, immuable et imperturbable, quand bien même l’un d’eux se moqua de moi en soulignant justement mon comportement niais découlant de mes souvenirs… Je jetai un dernier regard à cette gamine, mes yeux azures filtrèrent une dernière fois à travers l’obscurité opaque subsistant entre mon col et mon chapeau immaculé.

*Adieu gamine.*

Tel fut la dernière pensée que j’eu avant de laisser à mes bourreaux la satisfaction de toucher à un être tout puissant. Les quartes lames convergèrent vers moi pour me transpercer de toute part. La douleur fut vive et aigue, pourtant aucun son plaintif ne s’échappa d’entre mes lèvres. C’est ce que j’avais souhaité, une échappatoire enfin se présenter à moi. Mes étoffes blanches se gorgèrent petit à petit de mon sang et sans un mot je reculai de quelque pas une fois que mes assaillants retirèrent leur arme de mon corps meurtrie. J’inclinais à présent mon chapeau devant l’ouverture de ma cagoule, comme si je me préparais à une longue sieste. Et finalement, je me laissai tomber en arrière, réclamant ce repos qui m’attendait… Des centaines de grains de sables s’éparpillèrent lorsque mon corps percuta le sol froid. Mes songes s’embrouillèrent et la douleur se tut. J’entendis encore les faibles d’esprit s’agiter autour d’Akina avant de sombrer totalement…

Des heures plus tard, mon corps demeurait toujours la, mes habit souillé par mon sang… Ma carcasse fut comme prévu abandonné là par les serviteurs d’Aizen, mes anciens collègues pour ainsi dire. Car oui, je n’étais pas mort, je n’allais pas sacrifier ma vie aussi facilement, il me restait encore quelque chose à faire avant ça… Je me relevai donc enfin, semblant être en parfaite santé, assis sur le sable à contempler le ciel nocturne et sa lune rieuse Je n’étais pas étonné d’être encore en vie. Bien sur que non, j’avais tout planifié ! On ne tue pas l’élite de l’espada aussi simplement. Lorsque j’avais laissé le petit groupe d’arrancar me taillader, j’ai utilisé une propriété de Silver Death, mon zanpakto, dés que ces dernier eurent retiré leur lames de ma chaire. En effet, l’une des propriétés de mon arme unique est qu’elle peut s’imprégner dans mes vêtements, ceux-ci étaient une création même de Silver Death dont j’avais modelé à ma guise afin de m’entourer de sa protection en tout temps, une manifestation permanente de son activation partielle. Mais plus que ça, je pouvais faire passer cette faculté de création dans mon propre corps. Ainsi dés que mes plaies furent libérées des lames ennemies, mon zanpakto usa de son pouvoir de création pour cicatriser les blessures mortelles et reconstituer mes organes touchés, les mêlant partiellement à son métal argenté et écaillé. C’était un pouvoir hors du commun et tout puissant mais qui me demandais beaucoup d’énergie. Voila pourquoi j’avais sombré dans un lourd sommeil pour laisser tout mon énergie à la disposition de mon zanpakto qui était capable d’agir selon mes désirs même après être tombé dans l’inconscience. Je me sentais un peu vaseux et faible, ce qui était assez normal vu la grosse quantité d’énergie que j’avais brulé, mais je regagnerai tout mon potentiel en moins de quelques heures.

Je me relevai donc, portant mon regard vers l’horizon. Cette petite histoire venait de changer ma vie en quelque sorte. A présent j’étais considéré comme mort par mes pairs, tué pour trahison. Je n’étais plus le tercera espada… Cela ne m’arracha nuls émois. Je ne m’étais jamais senti à ma place ici et j’avais toujours hait Aizen plus que tout au monde à cause de ce qu’il m’avait fait subir. Je ne m’étais soumit à lui que pour me punir moi-même de ma faiblesse de ne pouvoir lui tenir tète, mais à présent je devais tourner la page. C’était peut être l’occasion de rattraper mes regrets du passé… D’abattre Aizen et la Soul Society ; les responsable de ma condition de paria… Mais seul cela était peine perdu, j’avais déjà essayé dans le passé et cela m’avait couté d’être réduit à un état de faiblesse extrêmement important suite à mon écrasante défaite. Sans savoir ce que le futur me réserverait, j’entrepris ma longue route solitaire, ne sachant s j’allais rester au Hueco monde pour mener une sorte de guérilla ou gagner le monde des humains pour attirer des shinigamis pour leur faire la peau… Soit, présent j’étais mon propre maitre avec mes propres buts. Inutile de se presser à désormais… Un pas après l’autre je traçais la nouvelle voie qui s’offrait à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On the way to hell   

Revenir en haut Aller en bas
 
On the way to hell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» One piece 540-Lv6 Infinite hell
» [JEU] WELCOME TO HELL : On va casser du zombi! ATTENTION âmes sensibles s'abstenir [Payant]
» From Hell. Moore/Campbell
» Bleach 428 et Special Hell
» One Piece 529 : Beast Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hueco Mundo [RP] :: Désert Blanc-
Sauter vers: